ACTUALITESFAITS DIVERSPEOPLE

« Je n’ai jamais su qu’il s’activait dans la vente de fer » : Kilifeu cité dans une affaire d’escroquerie

Le rappeur et activiste Landing Mbissane Seck, plus connu sous le pseudonyme de Kilifeu, s’est retrouvé au cœur d’une escroquerie portant sur une somme colossale de 200 millions FCFA. Comme la rapporte nos confrères de Dakaractu, l’affaire est jugée ce 6 décembre devant le tribunal correctionnel de grande instance de Dakar, l’affaire révèle les complexités et les ambiguïtés d’un marché de vente de fer avorté.

Le rôle de Kilifeu : Entre facilitation et implication

La saga judiciaire a commencé lorsque F. Dieng, désireux de récupérer un marché de fer, a approché Kilifeu pour l’aider à rassembler les fonds nécessaires, promettant une commission lucrative. Kilifeu, jouant le rôle de facilitateur, a mis en relation F. Dieng avec T. Sylla, qui a investi 12 millions FCFA dans le projet après avoir reçu des assurances de la part de Dieng. Cependant, le marché ne s’est jamais concrétisé, et Dieng a été accusé d’escroquerie pour ne pas avoir remboursé l’investissement de Sylla.

Les déclarations de Kilifeu à la barre

Devant le tribunal, Kilifeu, comparaissant en tant que témoin, a déclaré : « J’ai mis F. Dieng et T. Sylla en rapport. Je n’ai jamais su que F. Dieng s’activait dans la vente de fer mais je savais qu’il était dans le business. C’est lorsque F. Dieng m’a appelé pour me parler du projet que j’ai pensé à mon ami T. Sylla parce que je n’avais pas la somme qu’il me demandait. F. Dieng m’a envoyé un bon de commande attestant de l’existence du marché et j’ai montré le bon à T. Sylla qui a déboursé 12 millions FCFA que j’ai remis à F. Dieng » Il a également mentionné avoir contribué un million FCFA de sa propre poche, pensant participer à un projet légitime.

Arguments de la partie civile et du parquet

La partie civile, représentée par le conseil de T. Sylla, a souligné le caractère frauduleux de l’affaire, arguant qu’il n’y avait jamais eu de projet réel. Le parquet, reprenant ces accusations, a relevé la fausse qualité, le mensonge, et a fait état d’autres plaintes contre F. Dieng, requérant finalement une peine de 2 ans d’emprisonnement ferme.

La défense contre-attaque

La défense a vigoureusement nié les accusations d’escroquerie, soutenant que si le business de F. Dieng n’avait pas marché, il existait bel et bien. « A part qu’il a dit qu’il donnerait 15 millions FCFA à T. Sylla dites-moi où est la manoeuvre frauduleuse ? Il n’y en a pas», a plaidé l’avocat de la défense, demandant la relaxe pour son client.

Le verdict du tribunal

Après délibération, le tribunal a reconnu F. Dieng coupable du délit d’escroquerie, le condamnant à 3 mois d’emprisonnement ferme et au paiement de 13 millions FCFA pour toutes charges et préjudices confondus.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page