ACTUALITESPOLITIQUESOCIÉTÉ

Ucad-Sonko et Melenchon : « Ce qui devait être une activité républicaine s’est transformé en meeting politique »

Le passage d’Ousmane Sonko et Jean Luc Mélenchon à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar, jeudi dernier, continue de susciter des commentaires. Le dernier en date porte la signature du porte-parole du Recteur Ahmadou Aly Mbaye, Pr Mbaye Thiam, qui renseigne que l’attitude des militants du Pastef, évitant de les nommer comme étudiants à l’UCAD, a transformé la conférence en un meeting politique.

« La demande faite à l’Ucad était d’autant plus recevable que ce genre de manifestation autour des relations Europe Afrique figure dans l’agenda de toute université respectable, sous le chapitre de l’animation scientifique et culturelle. Elle provenait par ailleurs de l’État et non d’un quelconque parti politique« , a révélé Pr Mbaye Thiam, lors d’un entretien avec Source A.

Le porte parole du recteur est déçu de la tournure des événements. : « Ce qui devait être une activité républicaine s’est transformé en meeting politique dès lors que M. Sonko, au moment de prendre la parole, a fait observer qu’il s’exprimait en sa qualité de responsable d’un parti politique. De plus, le grand amphithéâtre de l’UCAD 2 a été très tôt pris d’assaut par des militants dont la qualité d’étudiant n’est pas forcément établie, excluant l’accès à la salle à beaucoup d’étudiants qui voulaient participer. Ce qui a naturellement créé beaucoup de frustrations parmi les membres de la communauté universitaire (étudiants, enseignants comme PATS)« , a-t-il dit.

Ne voulant pas s’arrêter en si bon chemin, Pr Mbaye Thiam de poursuivre : «Je précise que c’est de manière officielle que les instances compétentes de l’Université ont été saisies par les services de l’Etat, et que la salle a été mise à la disposition du Premier ministre du Sénégal qui représente en tout temps, en tout lieu et en toutes circonstances l’État du Sénégal. Ceci relève non seulement d’un principe intangible de notre administration publique mais également d’une tradition bien établie au sein de l’université depuis sa création. Si dans cette affaire une faute a pu être commise, elle ne serait certainement pas imputable au rectorat. Toutes les règles et procédures gouvernant l’affectation de l’amphithéâtre ont été rigoureusement respectées. »

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page